Petite Philosophie Positive

La Nostalgie : Signe que des Moments ont Compté

La nostalgie me frappe et m’envahit.

Je commence cet article un dimanche soir… j’ai cette boule au fond de la gorge. D’où vient-elle ? Rétrospective de mes dernières journées : je rentre d’une semaine de vacances superbe en famille et j’ai déjà la tête dans une nouvelle valise, à préparer mon déplacement professionnel pour la semaine. Ma fille est, elle aussi, tendue et émotive : Reflet de mes émotions, très clairement. C’est alors une évidence…

La nostalgie me frappe et m’envahit. Je m’étais coupée du tumulte du quotidien et du travail pour me retrouver en bord de mer, au soleil, à partager de très beaux moments avec mon homme, ma puce mais aussi ma belle-famille. Le bonheur des adultes et des enfants de se retrouver ensemble. L’émerveillement des sens avec une nourriture exquise, la sensation du soleil sur ma peau, le chant des oiseaux et le bruit des vagues, toutes ses couleurs, toutes ses odeurs… Des moments magiques de partage. Même des moments yoga en famille !!!

Et puis, en un claquement de doigt, il est déjà temps de remonter dans l’avion, de se dire au revoir en catastrophe et de retourner chacun chez soi. A notre retour dans notre petit nid, pourtant si douillet, cette boule de nostalgie me surprend.  Elle me rend alors, subitement, moins patiente avec ma puce, avec moi-même et me fait ruminer. Je ne suis plus réellement là, à profiter de ces 2 jours qu’il me reste avant la rentrée. Frustrée par ces sensations et ne sachant qu’en faire.

Que me dit-elle ?

Que faire de cette mélancolie ? Dois-je l’accepter, la combattre ? Que me dit-elle ? Elle m’est si familière. Elle me rend visite, chaque dimanche soir, alors que je prépare ma valise pour partir en déplacement. Lorsque je dois dire au revoir à quelqu’un alors que nous venons de passer de très bons moments et que je sais, au fond de moi, que nous ne nous reverrons pas de si tôt, elle est encore là. Elle est là dès que je laisse quelque chose derrière moi…

Je crois qu’en y pensant, cette nostalgie est saine. Elle me dit que je viens de partager, de vivre quelque chose qui compte et qui comptera toujours. Elle me dit que j’ai ancré ces moments, ces personnes, dans ma mémoire. Que j’en suis reconnaissante. Je dois l’accepter puis la laisser aller. Accepter que toutes les bonnes choses aient une fin. Que, pour apprécier tout ça, nous devons nous rendre compte de ce que c’est que d’y renoncer. Souhaiterions-nous vraiment être comme un enfant qui grandirait pourri gâté et à qui les choses seraient offertes avant même qu’il ait eu la possibilité de les vouloir réellement, d’en rêver ? Et bien voilà ce que me dis cette nostalgie. Elle me permet de repenser, de rêver à certaines choses ou certains moments et de les savourer encore plus quand ils sont là, à ma portée. Quand je suis en train de les vivre.

Je ne veux plus avoir de regret !

Si je pousse ma réflexion un peu plus loin, deux sources très distinctes de mélancolie ont pu me saisir par le passé. La tristesse du regret. Le regret de réaliser qu’un instant vient de me passer sous le nez sans en avoir apprécié la vraie saveur. C’est le sentiment que je ressens parfois en repensant à la journée de mon mariage ou la première année de ma petite puce. Et puis, il y a cette boule à la gorge de la nostalgie. Souvenir de moments partagés et vraiment appréciés. Ce que je ressens pour cette semaine de vacances qui s’achève. Aujourd’hui, je suis capable d’en mesurer la grande différence. J’accepte la nostalgie. Mais je me jure de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour ne plus avoir de regret.

Alors, vous aussi, acceptez d’être nostalgique mais vivez à fond chaque instant. La vie est trop courte et le temps passe trop vite !

Et vous qu'en pensez vous ?