Sur ma Route

Je Prends, Je Jette et Je Recommence – Quelle est la Valeur du Couple Aujourd’hui ?

Qu’arrive-t-il à notre génération ?

Autour de moi, je suis confrontée à de nombreuses séparations. Parfois des couples que j’estimais comme des modèles, des couples idéaux… Et boom, j’apprends que c’est la crise,… que c’est la fin. Le divorce, parfois après plus de 20 ans de vie commune. Mon mari et moi ne sommes pas parfaits et loin de là. Nous avons aussi traversé notre première grosse crise et nous sommes lucides sur le fait que ce ne sera probablement pas la dernière. La vie sera, je l’espère, longue. Mais avec ça vient, bien sûr, son lot d’embuches.

Maintenant je cherche à comprendre. Qu’arrive-t-il à notre génération ? Nos parents divorçaient bien moins…  Mais étaient-ils tous heureux dans leur couple? Un jour,  j’ai posé la question à ma maman et voici ce qu’elle m’a répondu :  » Oh tu sais, nous, on se posait bien moins de questions… L’important c’était les enfants ». Elle ne m’a pas dit  » Oui. C’était l’osmose parfaite basée sur du partage, de l’affection et du bienêtre… ». Non… J’ai plutôt senti un certain fatalisme dans sa voix.

Jeter l’éponge à la première épreuve…

Mais si on est malheureux, et qu’on ne fait rien pour en changer, est-on sûr, au final, que nous faisons vraiment ce qui est le mieux pour nos enfants ? J’ai grandi avec des parents qui se disputaient pour un oui ou pour un non et qui ne se témoignaient pas vraiment leur affection…Est-ce mieux ? Je ne suis pas sûre. Bon…mais alors…y a-t-il un juste milieu entre ne rien faire en laissant, au fil des années, notre rancœur transpirer par tous les pores de notre peau et jeter l’éponge à la première épreuve ?

Jeter l’éponge à la première épreuve…Je vous prie de m’excuser par avance pour cette phrase qui peut paraitre comme un jugement. Je le sais, quand on traverse une crise et que la rancœur pointe le bout de son nez, ça fait très mal. Et parfois nous avons trop peur d’affronter les sources réelles du problème, nous n’avons plus d’espoir et nous sommes trop fatigués pour nous accrocher. Certains jugeront qu’il est préférable pour leur bienêtre de ne pas prendre de risque en ne partageant que des moments légers et passer à l’histoire suivante quand la passion et l’osmose du début laissent place aux premiers conflits. D’autres feront le choix de faire des efforts, de s’accrocher à leur couple et de franchir cette épreuve car ils jugent que le jeu en vaut la chandelle.

Et oui, sur mon chemin, j’ai appris qu’il y avait une histoire d’amour qui se doit de durer jusqu’à la fin de mes jours.

Finalement, à bien y réfléchir, dans notre société à 1000 à l’heure où tout va très vite, où l’on change de téléphone dès que l’on s’en lasse et où les occasions de rencontre sont décuplées comparé à l’époque de nos parents, il n’y a pas de bon et de mauvais choix… Cela dépendra de chacun : Etre seul, être en couple pour une tranche de vie ou pour toute la vie, se marier… En revanche, ce qui est important et je dirais même capital c’est, avant tout, de s’aimer soit même. Vous ne trouverez personne sur cette planète capable de combler ce chagrin d’amour-là. C’est à nous et nous seul de le régler avant de n’espérer pouvoir avoir une relation saine avec quelqu’un.

Et oui, sur mon chemin, j’ai appris durement qu’il y avait une histoire d’amour qui se doit de durer jusqu’à la fin de mes jours. L’amour que j’ai pour moi-même. C’est, finalement, l’histoire d’amour pour laquelle je me suis battue ces deux dernières années. C’est parce que mon mari et moi-même avons décidé d’affronter nos propres démons que nous pouvons à nouveau avancer dans la même direction. Il s’agit là d’une recette miraculeuse pour une relation basée sur l’échange, le respect, la confiance et l’affection. Non pas par un devoir inculqué par notre bagage culturel ou par un besoin lié à une quelconque dépendance affective. Non, non, juste par amour et par plaisir. Ça existe… Mais ça demande du courage et du travail… Un travail perpétuel… Car rien n’est jamais acquis.

Votre plus belle histoire d’amour, c’est vous !

Alors oui, nous sommes tombés, nous nous sommes fait très mal… Mais je suis tellement reconnaissante de ce que j’en ai appris. Nous en sommes ressortis grandis et nous apprenons à présent ensemble. J’ai appris à me sentir libre, à me sentir moi-même et à redécouvrir celui qui partage ma vie depuis un peu plus de 10 ans. Même si nous sommes restés ensembles, nous avons reconstruit, aujourd’hui, une toute nouvelle relation, sur de toutes nouvelles bases.

Alors le résumé de cet article ce n’est pas de vous dire, battez-vous pour votre couple ou laisser tomber. Ce n’est pas non plus de vous dire « Redonnons de la valeur au mariage non de non!!! » . Car ce choix dépend de vous, de l’histoire de votre couple et de votre crise aussi… Mon ressenti personnel,quand j’écoute toutes ces histoires autour de moi, est que, quelle que soit l’issue, si vous en ressortez grandi et si vous en apprenez quelque chose sur vous même, alors tout cela ne sera jamais un échec…

Prenez, soin de vous avant tout… Demandez-vous comment vous en êtes arrivé là. Découvrez comment vous pouvez vous épanouir sans l’aide de personne. Une relation amoureuse ne devrait pas être là pour combler un vide. Je l’ai compris à 32 ans… Votre plus belle histoire d’amour, c’est vous ! Et quand vous comprenez cela, alors, vous pouvez construire ou reconstruire une relation qui soit, tout simplement, la cerise sur le gâteau.

 

 

Et vous qu'en pensez vous ?