Sources d'Inspiration

J’ai Lu – Au Coeur Des Emotions de l’Enfant

Je me suis rendue compte que ce livre ne parlait pas juste de ma puce, il parlait de moi…

Je viens tout juste de terminer un livre sur les émotions de l’enfant. Surtout, sur comment, en tant qu’adultes, nous pourions mieux les gérer. En toute bonne mère perfectionniste que je suis, j’étais pleine de bonnes intentions lorsque j’ai ouvert le livre d’Isabelle Filliozat. Cependant, au fil de ma lecture, je me suis rendue compte que ce livre ne parlait pas juste de ma puce. Il parlait de moi… Il parlait de Marine petite fille. Celle qui n’a jamais vraiment su comment exprimer ses émotions sans trop savoir pourquoi. Celle qui était étrangement trop sage, trop studieuse… Ce livre fut, à ma grande surprise, le miroir des 5 Blessures lues quelques jours plus tôt. Au lieu de souligner mes présentes blessures, ce nouvel ouvrage m’a fait prendre mon enfance en plein visage.

Je me suis tout simplement rarement donné l’espace de laisser mes émotions s’exprimer étant enfant.

Tellement de choses magnifiques et pleines de bon sens que nous offre ce livre ! En lisant ces lignes, je réalise pourquoi, parfois, je suis perdue face aux émotions de ma puce. Je réalise, enfin, pourquoi je réagis trop fortement. La raison est basique mais pourtant pas si simple : Etant enfant, je me suis rarement donné l’espace de laisser mes émotions s’exprimer … Tadaaaaa…

« Sentiments agréables ou non, pensées agréables ou non, comportement adaptés ou non, reconnaître ses émotions, c’est s’accepter comme on est, c’est construire la confiance en soi. »

Oui j’étais sage. Mais, finalement, cela n’a pas fait de moi une adulte prête à surmonter tous les obstacles de la vie… Et si apprendre à laisser parler ses émotions était la solution ? Et si c’était le plus beau cadeau que je puisse faire à ma fille tout en guérissant mes propres blessures ?

Chacun d’entre nous a pris grand soin de garder le robinet bien fermé.

J’ai grandi dans une famille où l’on pensait cacher beaucoup de chose aux enfants pour les préserver. Mes parents m’ont tellement préservée que j’ai grandi sans partager avec ces derniers, sans m’ouvrir. Chacun d’entre nous a pris grand soin de garder le robinet bien fermé. Ne rien laisser sortir… Cela m’a valu un grand vide arrivée à l’âge adulte. Je me suis rendue compte que je ne connais pas réellement mes parents, ce qui les anime, s’ils sont heureux, quelles épreuves ils ont rencontrées.  Mes parents ne savent pas non plus réellement qui je suis et n’ont jamais eu la possibilité d’être là pour moi et me supporter dans mes plus grandes épreuves.

Nous avons créé un mur. Et aujourd’hui je sais que ce n’est pas ce que je veux pour ma fille, mon mari et moi même. Je nous souhaite dans l’échange, l’affection et l’authenticité. Pour cela, il faut en passer par l’acceptation et l’expression des émotions. En avoir conscience et le décider est déjà une grande étape. Cependant, le chemin ne sera pas aussi facile car il y a beaucoup d’ingrédients nécessaires à cette potion magique.

 » Si le parent est attentif à ses véritables besoins, à sa relation de couple, à lui ou elle en tant qu’homme ou femme, si ces blessures anciennes sont guéries, il va pouvoir reconnaître les besoins de son enfant et les satisfaire. »

Je parle simplement d’écoute et de partage

Attention, je ne parle absolument pas ici de laisser ma fille tout faire et en faire une princesse. Je souhaite aussi lui apprendre le respect des autres. Je ne parle pas non plus de m’oublier ou d’oublier mon couple pour mettre ma puce au centre mais simplement d’écoute et de partage.

Si nous devions conclure sur un dernier passage du livre :

« Aider un enfant à rester solide face à l’épreuve, à la traverser sans dommage, c’est l’accompagner dans la construction d’une base de confiance en lui, en ceux qui l’entourent et en la capacité de libération des émotions. »

Et comme nous savons que la vie est une succession d’épreuves, c’est donc l’unique chose réellement importante à transmettre à nos enfants. Alors tendons l’oreille et n’écoutons pas juste nos automatismes…

Et vous qu'en pensez vous ?